Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Le bâti pour la pérennité et les équipements pour la gestion durable

Le bâti pour la pérennité et les équipements pour la gestion durable

jeudi 22 août 2013


Le bâti possède une performance intrinsèque durable

La RT 2012 porte bien son nom : « la RT Grenelle Environnement 2012 ». La grande nouveauté de cette réglementation thermique est bien le respect du BBio, coefficient intrinsèque au bâtiment et qui qualifie sa performance énergétique dès la conception, dès le permis de construire. Chose inexistante jusqu’à présent ! Les architectes et les ingénieurs sont condamnés à travailler ensemble main dans la main dès la conception. Fini le temps ou l’ingénieur thermicien intervenait après le PC, sans local technique, avec des plans figés. Les plans d’élaboreront avec une voie bioclimatique et technique dès le départ !

C’est ainsi que ce coefficient BBio qualifié le bâti et sa performance énergétique durable, sans même penser à un équipement technique. Que le bâti soit déjà performant, du fait de ses orientations, du fait de ses vitrages et masques, …. Les équipements techniques tels que chaudière et autres seront nécessaires mais de moins en moins car le bâti sera déjà efficient par lui-même.

Pour cela, l’enveloppe sera très isolante et étanche aux infiltrations d’air neuf parasites

Les équipements techniques : basse consommation + gestion technique.

C’est la recette simpliste mais réelle qui parait être une contrainte mais une évidence pour atteindre, maîtriser voire mesurer un niveau de performances énergétiques élevé et compatible avec la RT 2012.

1°) Un calcul de puissance au plus près des besoins énergétiques.

Avec peu de consommation, les logiciels de calculs RT 2012 doivent être de plus en plus précis et intégrer l’ensemble des paramètres également du bâti et de sa conception. Pour les projets importants dans le tertiaire par exemple, les logiciels de simulation dynamique sont requis.

Les puissances de chauffage diminuent de plus en plus La puissance de production de l’eau chaude sanitaire prend de l’ampleur dans le bilan global, néanmoins son calcul doit s’effectuer avec une intégration d’énergie renouvelable comme le solaire, la plupart du temps.

La puissance de la ventilation, c’est-à-dire pour chauffer l’air neuf doit obligatoirement être optimisée au global soit par des débits variables (VMC hygroréglable B) ou par une récupération d’énergie avec VMC double flux.

La puissance de l’éclairage sera impactante dans le bilan de consommation du « C réglementaire », et les solutions d’éclairage naturel (réflecteurs) et d’éclairage très basse consommation comme les « leds » ont un intérêt et un avenir certain.

2°) Une gestion technique chassant le moindre kilowattheure perdu.

Au-delà de la contrainte réglementaire, la régulation-programmation, voire la gestion technique, représente la voie technique pour orchestrer tous les équipements techniques et leur juste et utile consommation.

La gestion technique permettra d’aider le comportement des utilisateurs à être plus économique sur le plan de la dépense énergétique. La RT 2012 ne tient pas compte de l’incidence comportement, à tord ou à raison, cependant l’utilisateur se rappellera de son niveau bas de consommation, le fameux 50 kWh/m2 et par an et pourra être surpris d’une réalité plus énergivore et d’une facture énergétique élevée.

La gestion technique apporte ainsi la notion d’efficacité énergétique active, indispensable à une maîtrise des consommations.

© XPair.com | Mentions légales