Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > La climatisation douce : un nouveau standard

La climatisation douce : un nouveau standard

jeudi 22 août 2013


Sans doute en dehors des applications de logements où les concepteurs trouveront des aménagements avec protections solaires extérieures, inertie interne, locaux traversant facilement ventilés, puits provençal, surventilation, … les applications tertiaires tels les bureaux, hôpitaux, … nécessiteront un rafraîchissement aussi doux soit-il. L’occupation des lieux et la densité essentiellement de zones communes demanderont un rafraichissement voire une climatisation (cas de process ou de besoin sanitaire tel une salle d’opération). Dans ce cas les systèmes bien connus de ventilo-convecteurs pourront s’envisager avec des moteurs très basse consommation et une gestion de la consommation électrique (programmation arrêt, variation de débit, …). D’autre mode de climatisation plus doux tel la poutre froide ou autre systèmes à induction prendront le pas pour obtenir un niveau basse consommation avec un bâti nécessairement très bien isolé et protégé de l’ensoleillement direct.

La climatisation douce avec des équipements intégrés telle la dalle active, tel le plancher et plafond rayonnant permettra dans un bâti inerte (isolation extérieure) une performance deux fois plus efficace et économique que les procédés de climatisation dynamique habituellement mis en œuvre dans le Génie Climatique. De plus les niveaux de température de l’eau glacée (de 7/12°C), qui passera à une eau réfrigérée (autour de 15°) permet une optimisation des niveaux de performances des machines frigorifiques avec des COP qui peuvent atteindre 5 à 6. Cette performance pouvant être encore plus accrue avec l’arrivée de procédés de «  free-chilling », c’est-à-dire d’utilisation de tour aéroréfrigérant ou TAR avec appoint groupes froids.

© XPair.com | Mentions légales