Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Confort d’été minimum : Respect du confort d’été et de la Tic

Confort d’été minimum : Respect du confort d’été et de la Tic

jeudi 22 août 2013

La RT 2012 définit des catégories de bâtiments pour lesquels un confort d’été est possible sans recourir à une climatisation, dont il s’agit de limiter autant que possible les applications sources de consommation d’énergie. Ces catégories CE1 et CE2 dépendent du type d’occupation et de la localisation (zone climatique, altitude, proximité de zones de bruit).

Pour ces catégories de bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été, n’excède pas un seuil de Tic.

La Tic exprime le niveau de température ambiante (opérative) conventionnelle obtenue en période estivale, de forte chaleur est le second point d’étape.
Comme pour le BBio, le niveau Tic devra être inférieur à un niveau de référence. Faute de temps, cet indicateur mis en place avec les réglementations thermiques précédentes est inchangé. Avec l’évolution du climat et des aléas climatiques, le confort estival est pourtant un point essentiel qu’il est nécessaire de bien maîtriser. On ne peut pas jouer aux apprentis sorciers, avec des bâtiments hyper isolés, étanches, sans inertie thermique : ceux-ci seront vite invivables dès les beaux jours sauf à recourir à une climatisation énergivore.


Principe de rafraichissement très basse consommation avec dalle active

© XPair.com | Mentions légales