Accueil > FAQ

FAQ

  • Quelles solutions pour répondre aux exigences RT 2012 ?

    Même s’il est bien sûr trop tôt pour se prononcer précisément, il est évident, comme énoncé plus haut, que le respect des exigences passera par une bonne conception/isolation du projet associé à des systèmes performants. Concernant les familles constructives, l’isolation thermique par l’intérieur sera toujours possible à condition de traiter les ponts thermiques (exigence minimale sur la liaison du plancher intermédiaire, entre autres). Les autres familles - isolation par l’extérieur, répartie ou à ossature - seront bien sûr des « solutions RT 2012 » intéressantes. A propos des équipements, les générateurs à condensation, les systèmes thermodynamiques, le recours aux énergies renouvelables seront des solutions courantes pour justifier du respect de cette nouvelle réglementation.
    A noter le poids prépondérant du poste eau chaude sanitaire. Cet usage bénéficiera obligatoirement de solutions techniques valorisantes : solaire thermique, solutions thermodynamiques, récupération de calories sur les fluides sortants (air, eau). A la question de l’équilibre des filières énergétiques, entre autres du devenir du chauffage électrique à effet Joule, il est difficile de répondre précisément, trop tôt pour identifier des tendances globales. Pour certaines typologies architecturales favorables, cette solution peut s’avérer possible moyennant une excellente conception du bâti et évidemment une production d’ECS avec l’un des équipements cités ci-dessus. De notre avis, les discussions fournies sur les « équilibres des filières énergétiques » ont quelque peu obstrué les échanges sur la « non énergie ». Fi du passé, les arbitrages sont finalisés et c’est une bonne chose, nous allons pouvoir travailler, nous organiser pour prescrire de la « non énergie ».

  • Quelles seront les autres contraintes et exigences minimales de la RT 2012 ?

    Les niveaux de performance exigés, d’une part, et le nouveau coefficient B Bio, d’autre part, ont conduit à réduire le nombre de paramètres soumis à exigence minimale.

    Parmi les plus importants :

    • Accès à l’éclairage naturel : surface minimale des baies S baies ≥ 1/6 de S habitable
    • Etanchéité à l’air : valeurs seuils à vérifier en résidentiel
    • Comptage énergie : mesure ou estimation pour les principaux usages
    • Confort d’été : Exigence facteur solaire baies & surface ouvrante mini (dito RT 2005)
    • Isolation bâti : exigences sur le traitement des ponts thermiques
    • Energie renouvelable : recours obligatoire en maison individuelle A terme, l’analyse plus détaillée des textes permettra de mesurer les effets induits par ces mesures. D’ores et déjà, on note l’obligation de résultats pour l’étanchéité à l’air, une première dans une réglementation thermique ! Cette nouvelle mesure prouve une fois de plus la nécessité de travailler ensemble, pour la maîtrise d’oeuvre certes mais aussi pour les différentes entreprises. Les exigences minimales relatives à l’étanchéité à l’air comme celles sur les ponts thermiques portent sur la qualité du bâti, un passage obligé pour atteindre réellement les résultats escomptés.
  • Le confort d’été, ou comment imiter l’inconfort en été ?

    Cette exigence peut s’avérer une des plus délicates à respecter…in situ. Attention les constructions neuves d’aujourd’hui devront convenir aux étés à venir toujours plus chauds. Là encore, la bonne conception des bâtiments est la première mesure cruciale à faire valoir : distribution des baies vitrées (surfaces, orientations), protections solaires, possibilité d’aération des espaces, inertie thermique,… L’isolation thermique très performante associée un bâti bioclimatique bien conçu « 4 saisons » s’avère la clé de la réussite de la performance durable et confortable. Là encore, sympathique challenge pour les équipes architectes/thermiciens…En l’état, l’approche proposée via la comparaison des températures intérieures conventionnelles Tic inférieur à Tic réf (dito RT 2005) ne s’avère pas la plus pertinente pour bien apprécier les ambiances estivales. Conscients de cette situation, les Pouvoirs Publics ont prévu de mettre en place un groupe de travail pour proposer une approche plus adaptée. Cette nouvelle formulation sera très attendue.

  • Pour les logements collectifs le C max serait différent que pour une maison individuelle ?

    Autre nouveauté introduite, annoncée lors de la conférence de presse du 6 juillet, une augmentation forfaitaire de l’exigence de consommation C max de 7,5 kWhep /m²/an. Cette exigence de consommation augmentée ne s’applique qu’aux logements collectifs et temporairement jusqu’au 1er janvier 2015. Cette période de 2 ans devrait laisser du temps aux différentes filières à s’adapter aux objectifs visés in fine. Avant la future RT 2020, il s’agit de consolider les solutions de bâtis performants à faibles besoins et de faire évoluer l’offre des équipements pour répondre à ces faibles besoins. Espérons une progression harmonieuse de ces deux composantes complémentaires (et non concurrentes) pour la réussite du Grenelle, du Facteur 4, ce qui reste à observer…Attention, l’effet de tremplin de cette nouvelle étape dépend directement de cette évolution harmonieuse !

  • Quel est ce nouveau coefficient B Bio de « besoins bioclimatiques » ?

    Ce nouvel indicateur B Bio, indépendant de l’énergie utilisée, qualifie la bonne conception du projet, en quelque sorte sa performance durable. Concernant les trois usages énergétiques « chauffage/ refroidissement/ éclairage », cet indicateur est particulièrement intéressant à faire valoir dès les esquisses du projet et à vérifier avant le dépôt du permis de construire. Via le coefficient B Bio, on officialise enfin le travail en équipe pluridisciplinaire des architectes, économistes et thermiciens ! Voilà, pour nous, une autre répercussion essentielle de la RT 2012 pour toujours mieux concevoir. Evidemment cette exigence ne sera réellement opérante, donc pertinente, que si l’exigence maximale proposée s’avère bien calée, ni trop laxiste ni trop contraignante, ce qui reste à vérifier… Attention, la bonne conception attendue dépend directement du niveau exigé sur ce nouvel indicateur !
    Consommations maximales : l’exigence énergétique visée C max, toujours exprimée en énergie primaire est de 50 kWhep /m²/an en valeur « nominale », comme pour l’actuel label BBC Effinergie. Attention toutefois, cette cible est d’une part calculée avec de nouvelles règles Th, et d’autre part modulée différemment. A prestations équivalentes, les résultats selon les peuvent s’écarter suivant les situations
    En plus des modulations déjà appliquées pour le label BBC Effinergie, relatives à la zone climatique et l’altitude, de nouvelles corrections du « droit à consommer » sont introduites : type de bâtiment et catégorie, surface, émissions de gaz à effet de serre.

  • Quelles sont les exigences globales de la RT 2012 ?

    Il y en a trois :

    1. le B bio max  : besoins 3 usages « chauffage + refroidissement + éclairage »
    2. le C max : consommations 5 usages « chauffage + refroidissement + éclairage + ecs + auxiliaires »
    3. le Confort d’été : Température intérieure conventionnelle Tic ≤ Tic réf
  • Quels sont les grands principes RT 2012 ?

    Comme pour la RT 2005, pour cette nouvelle réglementation, une limite sur les consommations d’énergie primaire C max est exigée, de même pour le confort d’été.
    De plus, une nouveauté est introduite : une limite sur les besoins, B Bio max.

  • Pourquoi la RT 2012 ?

    Dans la construction neuve en France, l’histoire a marqué le pas en 1974 avec l’apparition des premières règles thermiques obligeant à isoler le bâti. Depuis 1974, les Pouvoirs Publics n’ont cessé d’ajuster les exigences, au rythme des réglementations thermiques successives : 1982 (le coefficient B), 1988 (le coefficient C), 2000 (la RT 2000) et 2005 (la RT 2005). Après 1974, vient 2012 est une nouvelle étape importante où il va enfin se construire en France des bâtiments très bien isolés, sans ponts thermiques, mais aussi bien conçus, et pensés autrement avec toute la filière maître d’ouvrage, architecte, thermiciens, économistes, ….. 1974, 2012 : deux dates importantes, voilà pour nous le premier enseignement majeur de ce nouveau règlement aux allures de challenge, prescrire ensemble, maître d’ouvrage, concepteurs, économistes, de l’énergie non consommée et durable !

© XPair.com | Mentions légales